Bandeau 02

tardi

Voilà une bonne trentaine d'années que Jacques Tardi marque de son empreinte la bande dessinée contemporaine. Virtuose du noir et blanc, peintre inégalé des ruelles sombres et des pavés luisants, observateur infatigable de la bêtise humaine et obsédé par la guerre, Tardi est l'un des maîtres de la BD.

Son adaptation du Cri du peuple, le roman de Jean Vautrin sur la Commune de Paris, se hisse à la hauteur du reste de son œuvre. Tardi, c’est aussi le papa naturel d'Adèle Blanc-Sec. Profondément marqué par la guerre de 14-18 et les souvenirs de son grand-père, il s’emploie à nourrir son œuvre de références à la « der des ders », qu'il met en scène dans C'était la guerre des tranchées.

Il démarre égalment une série d'adaptations de romans policiers avec les Nestor Burma de Léo Malet. La fréquentation des écrivains est une vieille habitude chez Tardi.  Le Cri du peuple, dont il a signé seul l’adaptation, lui permet à la fois de rendre hommage aux héros inconnus de la Commune et de faire revivre en images le Paris de la fin du XIXe siècle. En 2012, il publie "Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II-B", à partir des souvenirs de la captivité de son père durant la Seconde Guerre mondiale.

En 2015, il participe au film d'animation "Avril et  le monde truqué" de Franck Ekinci et Christian Desmares. Visuellement, cet univers rétrofuturiste doit tout à la patte inimitable de Jacques Tardi, responsable de la conception graphique du décor et des personnages. Au-delà même du dessin, identifiable entre tous, le film entier est un hommage riche à l'oeuvre du maître de la bande dessinée. Tout, ici, ressemble à une sorte d'album mutant d'Adèle Blanc-Sec. A commencer par les personnages. Cette Avril fantasque, bourrue, véritable petite soeur d'Adèle ; ces flics à moustache obtus, acharnés à commettre un maximum d'erreurs judiciaires. Mais aussi Pops, le vieillard farfelu et génial, dernier spécimen d'une délirante collection de savants fous. On pourrait presque aussi, dans de brumeuses ruelles bordées d'entrepôts, sur des quais parisiens encombrés, croiser le fantôme de Nestor ­Burma, le héros de Léo Malet mis en images par Tardi.

Avril et le monde truqué - Au Studio 53 :

Mercredi 4 mai à 18h00
Dimanche 8 mai à 16h00
Dimanche 22 mai à 11h00

 

 

Les BD de Tardi à la médiathèque :

OPAC Sélection de notices